Howard Zinn. Guerre, histoire et désobéissance civile

Auteur

Etienne Godinot

Année de publication

2018

Cet article est paru dans

186.jpg

En complément de l'article dans la revue.

Le praticien et théoricien de la désobéissance civile

 

Par la suite, sa réflexion politique élève la désobéissance civile au rang de devoir. Dans son livre Disobedience and democracy (1968), il présente sept principes de la désobéissance civile :

  • La désobéissance civile est la violation délibérée, spécifique, de la loi, au nom d'un principe essentiel.
  • Revendiquer le droit des citoyens à désobéir à des lois injustes et le devoir de désobéir à des lois dangereuses, c'est la véritable essence de la démocratie.
  • La désobéissance civile peut appeler à la violation de lois qui ne sont pas injustes par elles-mêmes, pour protester à propos d'une question que l'on estime très importante.
  • Si un acte déterminé de désobéissance civile est un acte de revendication moralement justifiable, il s'ensuit que l'emprisonnement de ceux qui l'ont commis est injuste et devrait être opposé et contesté jusqu'au bout.
  • Ceux qui s'engagent dans la voie de la désobéissance civile devraient choisir des tactiques aussi non-violentes que possible, en accord avec l'efficacité de la revendication et l'importance du sujet. Le degré de désordre provoqué doit être raisonnablement en rapport avec l'importance de la question abordée.
  • Le degré de désordre dans la désobéissance civile ne devrait pas être mesuré en rapport à une fausse « paix » supposée exister dans l'ordre établi, mais contre le vrai désordre et la violence qui se manifestent ouvertement au plan international dans des guerres, mais aussi aussi dans le désordre établi de la société actuelle.6.
  • L'État, grâce au pouvoir et aux richesses qu'il détient, ne manque pas de porte-paroleset d’agents pour défendre ses intérêts. Les citoyens doivent comprendre la nécessité de penser et d'agir par eux-mêmes et en accord avec d'autres membres de la collectivité.7.

En 1970, il prononce un discours célèbre : « La désobéissance civile n’est pas un problème. Notre problème, c’est l’obéissance civile ! »


Article écrit par Etienne Godinot.

Article paru dans le numéro 186 d’Alternatives non-violentes.