Auteur

François Vaillant

Année de publication

2016

Cet article est paru dans

HS1.jpg

Dès qu'une agression se produit en Corse, les médias français ne ratent jamais l'occasion pour stigmatiser ses habitants. Du camion de pompiers caillassé aux Jardins de l'Empereur à Ajaccio début 2016, jusqu'à la rixe à Sisco en été 2016, c'est toujours la même histoire. L'échauffement médiatique, relié par les réseaux sociaux, voudrait nous faire croire que les Corses sont plus violents, racistes et impulsifs que les continentaux. Ce genre de généralité ne tient pas à l'analyse des statistiques.

Comme les mérites du peuple corse ne font jamais la une des journaux français, ce hors-série d'ANV est entièrement consacré à des situations où l'on voit des femmes et des hommes qui ont choisi le courage et la lucidité pour construire une Corse entreprenante et démocratique. Ce n'est pas un hasard si la Corse est la région où la violence scolaire est l'une des plus basses de France ; c'est sur cette île que se déroulent le plus de formations à la régulation non-violente pour les enseignants et juniors.

La Corse ne compte que 320 000 habitants mais son dynamisme étonne. Partout des initiatives sont prises pour se réapproprier des fondamentaux de la culture corse, ici la mise en culture biologique de terres délaissées, là le sauvetage d'une châtaigneraie, ou encore le renouveau de la filière bois...Les défis sont partout, y compris quand il s'agit de refuser un incinérateur pour les déchets, et de faire valoir à sa place le tri sélectif.

Le dépôt des armes du FLNC en juin 2014 permet à la société insulaire de panser ses plaies, de se réconcilier avec elle-même, de se réapproprier son avenir par la voie démocratique. Démocratie, vérité et non-violence vont ensemble, l'une ne peut pas être honorée sans les deux autres. La non-violence est certainement le meilleur moyen pour la Corse de dire sa vérité et d'être entendue.

Qu'est-ce que la non-violence ? Ce hors-série la montre en action par le biais d'associations corses qui la déclinent actuellement de multiples manières. L'AFC Umani, avec Jean-François Bernardini, en est le chantre, en Corse comme ailleurs sur le continent où il a donné plus de 150 conférences depuis 2014. Avec lui et d'autres personnes, une véritable et surprenante filière voit le jour. Rousseau pourrait réécrire au regard de l'actualité démocratique et non-violente sur l'ïle ; "J'ai quelque pressentiment qu'un jour cette petit île étonnera l'Europe".


Article écrit par François Vaillant.

Article paru dans le numéro HS 1 d’Alternatives non-violentes.