Formation à la régulation non-violentes des conflits : éducation nationale et associations... un partenariat à trouver

Auteur

Hugues Leenhardt

Localisation

France métropolitaine

Année de publication

2017

Cet article est paru dans

184.jpg

La loi d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école (loi Peillon de 2013) a défini comme une des missions des Écoles supérieures du professorat et de l'éducation (Éspé) de donner aux enseignants et aux personnels d'éducation une formation « à la prévention et à la résolution non-violente des conflits » (art. 70 de la loi et art. L.721-2 du Code de l'éducation).

Dans cette période de remaniement politique, il nous est difficile d'anticiper les changements à venir. Pour autant, nous devrons être vigilants pour que, ce que nous considérons comme des acquis, ne soit pas remis en cause. Ce qui importe aujourd’hui, c'est que soit mise en œuvre concrètement cette formation inscrite dans la loi.

Dans cette optique, la Coordination pour une éducation à la non-violence et à la paix envisage de poursuivre et renforcer son action de plaidoyer. Parmi les 86 associations membres, 12 sont actuellement en mesure de proposer aux Éspé, de façon concertée, des formations à la régulation nonviolente des conflits.

Ce Pôle formation a défini une démarche et un programme de formation permettant d'acquérir des connaissances sur les mécanismes de la violence ; de développer les compétences psychosociales ; de découvrir et de s'approprier les techniques
de régulation non-violente des conflits ; d'animer de façon non-violente la classe, l'école, l'établissement scolaire.

La formation va progressivement de la personne au groupe, de la connaissance de soi à la coopération, à partir d’un tronc commun de huit modules et de modules complémentaires pour approfondir :

  1. Conflits, violences et non-violence
  2. Autorité, cadre et sanction
  3. Connaissance de soi et des autres
  4. La gestion des émotions
  5. La communication : message clair et affirmation de soi
  6. La communication : écoute et empathie bienveillantes
  7. La coopération
  8. Résolution non-violente des conflits

L'enjeu est de rester vigilants sur la façon dont seront mises en place ces formations. Pour les associations, il serait difficile de répondre à une demande quantitativement importante. Si, comme cela a été dit, la nouvelle équipe gouvernementale est attentive à la société civile, il faudra établir un véritable partenariat entre l'Éducation Nationale et les associations pour s’appuyer sur leur expertise et le travail déjà réalisé.

Les associations du Pôle formation :

L'action de plaidoyerde la Coordination se poursuit pour demander que la formation à la régulation non-violente des conflits des enseignants débouche sur une formation pour les élèves (avec inscription dans les programmes, socle commun, circulaires, etc.).


Article écrit par Hugues Leenhardt.

Article paru dans le numéro 184 d’Alternatives non-violentes.