Auteur

Guillaume Gamblin

Localisation

France métropolitaine

Année de publication

2016

Cet article est paru dans

178.jpg

On l’a vu durant la COP 21 chanter à tue-tête l’un de ses morceaux dans une agence parisienne de la BNP occupée par quelques 250 activistes en liesse. On l’avait vu avant cela mettre le feu à plusieurs rencontres d’Alternatiba (mobilisation pour le climat) ou apporter son soutien aux migrants du camp de Norrent-Fontes, près de Calais, aux ouvriers d’ArcelorMittal, etc.

Les combats d’HK

HK, alias Kadour Haddadi, ex-membre du groupe de rap Ministère des affaires populaires, est un peu de tous les combats... Il réalise par la musique une synthèse comme naturelle entre différents milieux qui souvent divergent : jeunes des quartiers populaires, ouvriers, militants écologistes, etc. Ce lien, il le réalise également entre différents univers musicaux. Depuis son rap d'origine, il a enrichi son répertoire de styles variés : chanson, chaâbi, rock, musique cubaine, musette, etc.

On ne lâche rien

Ses armes ? D'abord la musique, bien sûr, souvent festive et engagée, à l'instar du titre « On lâche rien », repris dans de nombreuses manifestations. Une énergie mobilisatrice bienvenue face aux constats écologiques et sociaux et au sentiment d'impuissance qui peut les accompagner. L'écriture est « une provocation » pour ce fils d'épicier émigré d’Algérie, qui a grandi à Roubaix. Kadour anime par ailleurs un blog et est l'auteur de deux ouvrages.

De résistances en désobéissances

La non-violence, ensuite. HK est signataire de l'appel Action non-violente COP21 et ce n'est pas un vain mot pour celui qui tire son inspiration de Bob Marley, de Malcolm X et de Martin Luther King. Interrogé sur le sujet, il répond : « Ce ne sont jamais les opprimés qui aspirent à la violence, ils aspirent à vivre, à nourrir leurs enfants. Mon credo, c'est la non-violence. Celui qui va prôner la violence, qu'il aille au front. On a les armes ici, en France, pour pouvoir agir. Si j'étais né dans un autre contexte, j'aurais peut-être fait autrement. Être non-violent tant que ce sera possible, et ne pas rentrer dans le rôle dans lequel on veut t'assigner. Aujourd'hui on a mille et une choses à essayer sur ce chemin là, on est très loin du moment où on pourra dire qu'on a tout essayé. »

En 2015, dans l'album Rallumeur d'étoiles, HK sort un titre intitulé « Sans haine, sans armes et sans violence ». Sur un tempo lent mais déterminé, le couplet entame : « La fronde commence sur cette place, ces casques lourds qui nous font face. Nous les défions, folie ou inconscience, sans haine, sans arme, sans violence ». Puis la critique se précise : « Prédicateur de la sainte finance, toxicomane, accro à la croissance. Nous sommes de ceux qui vous désobéissent, la plèbe blasphématrice. Jetez-nous l’opprobre, jetez-nous la pierre. Vos grenades suffiraient-elles à nous faire taire ? Croyez-vous que nos combats soient périssables, nos engagements jetables ? ». Le morceau retombe sur ce refrain entêtant, mêlant la détermination non-violente à une lucidité désespérée : « Sans haine, sans arme et sans violence. De résistances en désobéissances. C’est une évidence, nos vies n’ont plus aucun sens, depuis que nos rêves sont indexés sur le prix de l’essence. »

C'est une évidence, HK se devait d'être présenté dans les pages de votre revue préférée. Nos chemins n'ont sans doute pas fini de se croiser...

 

Albums :

  • Citoyen du Monde, 2011
  • Les Temps Modernes, 2012 (avec le titre « Indignez-vous » en hommage à Stéphane Hessel)
  • Déserteurs, 2014
  • Rallumeurs d'étoiles, 2015

Livres :

  • Haddadi K., J'écris donc j’existe, Éd. Riveneuve, 2012.
  • Haddadi K., Neapolis, Éd. Riveneuve, 2014.

Blog :


Article écrit par Guillaume Gamblin.

Article paru dans le numéro 178 d’Alternatives non-violentes.